La créatrice de bijoux haute-fantaisie Christel Bussière réalise elle-même les perles de verre de sa collection de bijoux oniriques. Focus sur le savoir-faire qui permet au rêve de prendre forme, une vidéo exclusive à découvrir.

A l'origine, une inspiration

La création de bijoux est un métier passion. A l’origine de toute pièce, se trouve une idée. Idée qui peut provenir d’une chose vue ou bien entendue. Une image, une musique, une matière, une couleur… Pour développer sa créativité il faut accepter de se laisser influencer par le monde extérieur. Faire confiance à son ressenti, à ses émotions. Laisser s’exprimer sa personnalité.

Comment peut-on traduire une inspiration en un bijou idéal ?

Donner vie à l’idée, c’est-à-dire traduire son inspiration en un bijou concret, est l’étape la plus délicate mais peut-être aussi la plus exaltante. Réfléchir par association d’idées est une bonne technique. On cherche des mots puis on les traduit en images. Pinterest est un bon allié à cette étape. On dessine de nombreux croquis, jusqu’à dégager le modèle idéal.

Le verre a un pouvoir évocateur formidable. Après le croquis primitif, il faut choisir les couleurs, les motifs et les textures qui exprimeront le mieux le concept. Pour une collection de bijoux oniriques, il s’agira de traduire en matière la part de rêve.

Suivent de nombreux essais pratiques

Pour l’artiste Christel Bussière, réaliser elle-même sa collection, filer elle-même ses perles, participe à l’authenticité de sa démarche. La perle finale doit être attractive. Sa nuance doit être maîtrisée, sa forme doit être parfaite. Et ce, même si une part d’aléatoire peut parfois être concédée à la matière afin de rendre chaque bijou unique. Il faut donc multiplier les essais jusqu’à être pleinement satisfait. L’artiste possède une grande collection de baguettes de verre coloré. Disposer de cette accumulation de couleurs, c’est la promesse de pouvoir, le moment venu, créer en toute liberté.

On vous dévoile comment naît une perle de verre

Le travail du verre est empreint de poésie. Il y a quelque chose de romantique à voir la perle se former lentement sous la flamme.

Les techniques de bases du filage de verre sont relativement simples à appréhender : quelques heures de pratique suffisent au novice pour acquérir les gestes de base. Les maîtriser demande en revanche des années de pratique ! Le savoir-faire perlier relève de l’artisanat d’art. Christel Bussière est d’ailleurs membre de l’association des perliers d’art de France.

Pour réaliser une perle de verre, il faut :

- un chalumeau, pour faire fondre le verre

- du verre artistique présenté sous forme de baguette, que l’on va plus ou moins manipuler comme un crayon ;

- un mandrin : c’est la tige métallique tenue dans l’autre main, autour de laquelle va s’enrouler le verre fondu à la consistance de miel. Cette tige sera gardée en rotation quasi permanente pour déjouer, et surtout maîtriser, les effets de la gravité. Après retrait, le mandrin laisse place à la perforation de la perle ;

- un four de recuisson : indispensable pour maîtriser la redescente en température de la perle, celui-ci permet d’éviter au verre de subir un choc thermique qui fragiliserait la perle finie.

Le métal a aussi son rôle à jouer

La plupart des perliers d’art utilisent des éléments tout faits pour apprêter leurs perles et en faire des bijoux. Christel Bussière va plus loin dans la personnalisation. Afin de créer ses bijoux originaux, elle conçoit les éléments de métal qui ornent ses perles tout en poésie. A son établi, elle scie, lime, polit les ébauches de ces éléments. C’est sa manière d’insuffler à ses créations l’esprit haute-fantaisie. Une manière de les rendre authentiques. Après la conception des maquettes en métal de ses bijoux français, elle en confie la réalisation à des artisans triés sur le volet. Dans une démarche éthique, elle privilégie des ateliers locaux et une consommation raisonnée.

Enfin, les challenges d’une démarche éthique

Christel Bussière est fière de la marque de bijoux qui porte son nom. L’étape du choix des matériaux, de leur provenance, est longue et cruciale. En langage professionnel, on nomme cette étape le sourcing. Il faut s’assurer que les matières premières répondent aux normes de qualité réglementaires, notamment que les métaux sont conformes aux normes sur le nickel et le plomb.

Ensuite, et c’est une démarche plus personnelle, l’artiste s’engage dans une logique de circuit court. En tant que créatrice française, elle a par exemple choisi de confier la réalisation des éléments métalliques de sa collection à un atelier parisien. Quant au verre artistique permettant de fabriquer les perles, comme il n’y a pas de fabricant en France, elle choisit des matériaux venant des meilleurs ateliers européens.

L’équipe de tournage en pleine prise de risque!

Ca fera de beaux souvenirs.

Merci Babouchkatelier