Interview de la créatrice Christel Bussière sur les raisons qui l'ont poussée à créer sa marque éponyme de bijoux oniriques. Huit questions, huit réponses.

Bonjour Christel, tu as décidé de lancer ta marque de bijoux ce Printemps. Pourquoi une marque éponyme, qu’est-ce que cela représente pour toi ?

Donner mon nom à mes bijoux permet d’illustrer ma démarche créative. J’insuffle une partie de ma personnalité dans mes modèles, ainsi qu’à chaque étape de la fabrication. Tous les modèles sont originaux. Je dessine mes idées dans mes carnets, ensuite je fabrique les éléments de mes maquettes en métal et les perles de verre à mon établi. En quelque sorte, mon nom me permet de donner un label « créatrice française » et une originalité à mes bijoux, et de me porter personnellement garante de leur qualité.

Tu as choisi le verre comme moyen d’expression. Pourquoi ?

Le verre est un matériau aux possibilités infinies. J’ai découvert le travail de la perle filée en suivant des stages auprès d’artistes verriers. Le verre est un matériau agréable à travailler, il a quelque chose d’authentique. Lorsqu’on enroule le verre en fusion autour du mandrin – la tige métallique qui sert de support de fabrication à la perle – on a l’impression d’enrouler une cuillère de miel liquide. Un savoir-faire passionnant que je vous décrirai dans un prochain article !

Pourquoi l’onirisme est-il au centre de ta marque ?

Cela m’est apparu comme une évidence. L’onirisme, c’est tout ce qui a trait au rêve. Je suis fille unique, enfant j’ai passé beaucoup de temps à dévorer les livres pour m’occuper. La lecture, c’était le rêve, l’évasion. Les rêves sont des générateurs d’inspiration. Ils m’ont toujours aidé à libérer mon énergie créative. Le verre aussi a un pouvoir d’évocation important, de par la multiplicité de ses coloris, ses effets de texture, ses jeux de transparence. Rêve et verre sont des anagrammes phonétiques. Amusante coïncidence je trouve.

Faire rêver les femmes par le bijou, est-ce ton but?

Oui. Mon but ultime. Faire rêver. Susciter l’émotion. Je souhaite que chaque femme en quête d’une pièce originale et élégante puisse se sentir exaltée en portant mes bijoux.

Un livre en particulier a-t-il inspiré l’univers de tes bijoux ?

Je dirais plutôt des livres, au pluriel. J’étais – et je suis toujours – fascinée par l’univers des mythes et légendes. A l’époque il y avait toute une série de livres richement illustrés que je relisais sans cesse. Le mythe qui résonnerait peut-être le plus dans ma démarche actuelle, serait celui de Vénus née de l’écume. J’admire le tableau de Botticelli qui s’y rapporte. La déesse Vénus-Aphrodite, est je pense l’expression ultime de la beauté, du pouvoir de séduction. Le reflet de chaque femme n’est-il pas celui d’une déesse ?

Comment peut-on résumer ta marque ?

Les modèles de bijoux originaux, le savoir-faire artisanal français, le pouvoir du rêve et la bijouterie haute-fantaisie… C’est à cela que l’on pourrait résumer ma « recette ». Pour moi il était important non seulement de fabriquer et de créer – ça c’est mon plaisir personnel – mais aussi et surtout de donner de l’importance et du plaisir aux femmes qui porteront mes bijoux. C’est la touche secrète qui fait l’ingrédient final de la recette. Sublimer les femmes. Révéler les qualités intrinsèques de leur personnalité. Leur authenticité.

On est loin des codes de la fast fashion.

En effet. On devrait avoir le droit de prendre son temps. Que ce soit pour travailler, se restaurer, choisir des éléments pour sa garde-robe et sa boîte à bijoux, profiter de sa famille, du peu de temps libre qui nous reste pour les choses importantes ! Dans nos vies trépidantes, quel temps reste-t-il pour rêver ? Pour apprécier la poésie des choses simples ? J’aime caresser l’idée que le bijou français haute fantaisie peut être porteur d’un idéal de renouveau dans l’univers de la mode.

Un dernier mot?

Soyez vous-mêmes. Soyez actrices de votre bonheur. Rêvez.